Interview : BoondManager

Dans la série : “certains font les choses à 100%”, je vous propose aujourd’hui de faire connaissance avec Anthony Lambert, heureux co-fondateur de BoondManager.

1/-Pouvez-vous, en quelques mots, nous présenter BoondManager, son histoire et son secteur d’activité ?
BoondManager est un éditeur d’ERP (logiciel de gestion commerciale, administrative et RH) en mode SaaS, créé il y a 10 ans. Notre logiciel est conçu pour répondre aux besoins spécifiques des ESN (ndla : Entreprises de Service du Numérique), sociétés de conseil, d’ingénierie et cabinets de recrutement.
Nous sommes une société familiale gérée par 3 frères : Tanguy, Loïc et moi. Par extension, ce rapport familial s’applique également à nos 30 collaborateurs dont nous sommes très proches 🙂

Logo de l’entreprise BoonManager

2/-Il me semble que vous possédez une particularité par rapport à d’autres entreprises de votre secteur : vous êtes une société « Full Remote » ? Qu’est-ce que cela veut dire ?
Tout à fait, nous sommes, depuis la création de BoondManager, une entreprise distribuée, c’est à dire que nous n’avons pas et n’avons jamais eu de bureau et que l’ensemble de nos collaborateurs télétravaillent à 100%. J’habite et travaille à Lille, Tanguy à Brest, Loïc à Barcelone, comme l’ensemble de nos salariés répartis en France et en Europe : Paris, Bordeaux, Antibes, Chinon, Toulon, La Rochelle, Toulouse, Rennes, Bari, Châteauroux…
Chacun choisit de travailler de chez lui ou d’un espace de co-working. Nous fournissons le matériel informatique nécessaire (ordinateur, écran, casque, outils de communication…). Les salariés sont crédités d’une indemnité mensuelle liée aux coûts du télétravail, ainsi que d’un forfait pour l’achat de matériels destinés à leur bien-être.

Capture d’écran lors d’une réunion sur ZOOM

3/- Pourquoi l’avoir appliqué aussi globalement ? Comment est-ce arrivé ?
C’est arrivé tout naturellement, très spontanément 😉 Nous avons commencé à deux avec Tanguy à distance, puis avons recruté un premier collaborateur en remote, puis un second et ainsi de suite. Cette organisation nous plaisait, nous semblait naturelle et en se développant, nous nous sommes rendu compte qu’elle faisait partie de notre ADN, qu’elle était au cœur de notre culture d’entreprise.
Les valeurs inhérentes au travail à distance telles que la confiance, la responsabilité, le plaisir, l’équilibre vie professionnelle / vie privée, la liberté, la bienveillance… s’appliquent dans notre relation avec nos clients et collaborateurs.
C’est un modèle qui semblait certainement un peu unique il y a 10 ans en France mais qui aujourd’hui se démocratise de plus en plus. Le succès de certains poids lourds de la Silicon Valley comme Buffer ou Zapier y est pour beaucoup. Mais nous pensons qu’aujourd’hui les aspirations en terme de “qualité de vie au travail” et d’écologie changent la donne et popularisent cette organisation.

4/- Certaines entreprises, même avec 100% des effectifs en télétravail, possèdent tout de même des locaux afin de pouvoir organiser rendez-vous clients et formations mais aussi formaliser l’existence de l’entreprise. Est-ce votre cas ?
Non, nous n’avons vraiment aucun bureau officiel 😉 Aujourd’hui, la transformation numérique permet d’accéder à de nombreux outils collaboratifs et de vidéoconférence que cela soit en interne ou avec nos clients.
Malgré tout, les rencontres physiques restent importantes bien sûr.
-> Côté clients, nous nous rendons dans leurs locaux quand cela est pertinent. Et ils sont ravis de ne pas avoir à se déplacer.
-> Pour passer du temps avec nos collaborateurs, nous pensons qu’il est plus sympa de se voir en mode “vacances” que dans un bureau alors, 3 fois par an, nous emmenons tout le monde en “séminaire” : Barcelone, Marrakech, Amsterdam… Le but étant de passer du bon temps ensemble. Ces moments sont extrêmement importants pour la cohésion de l’équipe. Une ambiance plus proche de la colonie de vacances que de la réunionite aiguë pour être honnête 😉

Toute l’équipe rassemblée à Lyon en 2019

5/- Le télétravail est une thématique qui revient fréquemment dans les discussions sur l’avenir du travail (#futureofwork) en effet, il promet d’améliorer plusieurs domaines : QVT (baisse du stress et de la fatigue dus aux transports, productivité : gain de temps sur une journée de travail, qualité de vie privée (flexibilité au niveau des horaires et gain en temps de loisirs), environnement : réduction des flux de transports quotidien notamment au niveau des grandes métropoles.
Cependant, toutes les entreprises ne l’adoptent pas spontanément, de même que certains salariés ne souhaitent pas exploiter cette possibilité.
Comprenez-vous ces réticences ? Pensez-vous que le télétravail soit applicable à toute entreprise et tout salarié ?

Bien sûr que nous comprenons ces réticences et nous sommes les premiers à penser que ce modèle ne convient pas à tout le monde. Nous y sommes extrêmement attentifs lors de nos recrutements. Nous pensons que pour que le télétravail soit efficace et que le collaborateur soit intégré au sein de l’équipe, il faut nous entourer de personnalités :
● matures
● avec de l’expérience (pas forcément en télétravail)
● avec une vie sociale, familiale, personnelle… très riche
● naturellement bon communiquant

Bref une personnalité qui ne se sentirait pas isolée par le travail à distance.
Nous sommes régulièrement émerveillés par la façon dont les Boonders (les équipes de BoondManager 😉 ), malgré le rythme croissant des recrutements, continuent d’être proches les uns des autres, de se voir parfois en dehors du contexte professionnel, rient et s’amusent ensemble comme des amis, une famille… Pour nous c’est un rêve qui devient réalité que de travailler dans ces conditions.

6/- J’imagine que vous avez dû mettre en place un mode de fonctionnement et des outils particuliers, notamment au niveau de la communication entre les équipes et la gestion de la production ? Pouvez-vous nous détailler votre façon de fonctionner ?
Oui tout à fait. Niveau outils, le principal outil de communication interne est Slack. Slack est notre bureau, notre machine à café, notre salle de réunion. Un collaborateur qui commence sa journée de travail se connecte d’abord sur Slack, cela signifie qu’il est présent, on y dit bonjour le matin pour matérialiser le début de la journée de travail… Suivant les channels, on y discute boulot mais pas que… On y parle aussi cuisine, jardinage, bouquins, sport, technologies, musique ou de tout et de rien…
Pour la vidéoconférence, nous utilisons Zoom que ce soit pour nos réunions, les présentations aux clients, les formations à distance etc….
Comme dans une entreprise traditionnelle, nous utilisons des outils comme Trello, Drive, Floobits ou Dashlane…
Côté organisation, nos collaborateurs sont responsabilisés, nous leur accordons notre confiance. Nous n’éprouvons pas le besoin de “surveiller” si quelqu’un travaille ou non. Tout le monde est adulte et impliqué. Chacun partage ses victoires, ses doutes et ses besoins de conseils de façon spontanée. Si quelqu’un est à la recherche d’une information, le groupe, de façon collective trouve une réponse. Si quelqu’un a besoin de s’absenter, il prévient par respect pour l’équipe.
Une fois cela mis en place, l’organisation reste assez traditionnelle. Chaque équipe a son propre fonctionnement.

Toute l’équipe réunie à Lisbonne en octobre 2019

7/- Quels sont les bénéfices que vous tirez de ce fonctionnement innovant ?
Oh ils sont nombreux 😉
● Nous pouvons recruter les talents là où ils se trouvent (dans le monde de l’IT, sur des postes de développeurs notamment, c’est déterminant pour s’entourer des meilleurs).
● Nous profitons tous d’une qualité de vie et d’un équilibre vie professionnelle / vie privée exceptionnels.
● Zéro temps de transport, c’est évidemment plus du temps pour soi, pour ceux qui nous sont chers, mais aussi moins d’émissions de CO2 et une empreinte écologique plus responsable.
● On se sent plus productif, moins stressé ou fatigué (l’idée de faire 1h de bouchons tous les matins avant même de commencer sa journée… aie)

8/- quels en sont les inconvénients ?
Je pense qu’après une telle expérience, on ne plus revenir au schéma classique du métro-boulot-dodo 😉

9/- Comment réussir à créer une histoire commune, une appartenance au projet d’entreprise lorsqu’il n’y a pas de locaux et de murs pour afficher logos et autres éléments identitaires ? Lorsque les équipes ne se voient pas quotidiennement et lorsque l’on ne peut déjeuner ou boire un verre après le travail ? Comment décririez-vous les liens entre les collaborateurs ?

Comme une grande famille 🙂 Chacun est différent mais chacun y a sa place. Chez Boond, la majorité du sentiment d’appartenance et de l’histoire commune se fait certainement lors de nos séminaires (3 jours ensemble 3 fois par an). C’est difficile à décrire mais la bienveillance, le bon esprit et le plaisir d’être ensemble y est certainement encore plus fort qu’au sein d’une entreprise traditionnelle ou l’on peut parfois “subir” ses collègues.

Nos collaborateurs affichent parfois notre logo et notre mascotte (James Boond) dans leur “home-office” sans qu’on le leur demande. Pas besoin de locaux pour imposer sa culture d’entreprise, “l’employee advocacy” se fait de façon spontanée encore une fois car les salariés sont contents de leurs conditions de travail. Je pense qu’ils se sentent chanceux d’être dans cette configuration.

Certains collaborateurs déjeunent, prennent un café en vidéoconférence. Beaucoup ont lancé des activités en ligne : parties de tarot, cours de sport, atelier méditation etc… Mais bien sûr, rien de ceci ne serait possible sans la création de liens réels lors de nos séminaires, encore une fois, c’est le ciment du groupe. Ça peut sembler fou mais ça fonctionne.

10/- Au-delà du télétravail, comment êtes-vous structurés en interne ? Avez-vous un schéma d’organisation particulier ? Un système de prises de décisions formalisé ? 

Nous sommes organisés en 3 équipes (technique, commerciale, support & formation). Chacune a ses rendez-vous hebdomadaires ou quotidiens. Une fois par mois, nous organisons une réunion tous ensemble par vidéo pour présenter le bilan de chaque équipe et partager un aspect plus personnel d’un des membres (une passion par exemple). Tanguy manage la partie technique, Loïc la formation, et je suis en charge de l’aspect commercial. Nous prenons nos décisions ensemble et au sein de chaque équipe, nous pouvons nous appuyer sur des collaborateurs expérimentés pour aider le collectif en cas d’absence d’un des managers.

11/- Vous présenteriez vous comme une Entreprise libérée, terme rendu populaire (notamment) par Isaac Getz en France et qui désigne les entreprises qui innove en matière de management, responsabilisation des salariés et surtout d’organisation (fini la hiérarchie pyramidale et bienvenue à l’holacratie) ?

Si “Entreprise Libérée” signifie “mettre l’humain au cœur de notre organisation” alors oui, nous pouvons répondre à cette définition. Nous demandons régulièrement l’avis de nos salariés sur l’amélioration des conditions de télétravail, l’ergonomie et le design du logiciel, les activités souhaitées pendant les séminaires… S’il est question d’un nouveau processus à mettre en place, il est toujours décidé de manière collaborative avec toutes les équipes.

12/- Votre avis sur ce « mouvement » ?

Je ne peux pas juger l’ensemble du mouvement mais il est vrai que les principes de liberté et de confiance, dans un modèle 100% remote prennent un sens tout particulier. Nous nous définissons plutôt comme “Entreprise Distribuée”.

13/- Si une autre organisation devait tirer des enseignements de votre situation pour s’en inspirer, quels pourraient-ils être ?

Être vigilant lors du recrutement, encore une fois, ce modèle ne convient pas à toutes les personnalités, que cela soit du côté management ou collaborateur. Savoir s’entourer de personnalités motivées et motivantes est une des clés du succès. Ne pas négliger d’investir dans les moments conviviaux IRL (ndla : In Real Life) : chez nous, cela représente annuellement un budget équivalant à celui de locaux équipés pour recevoir des salariés. Vous l’aurez compris, nous n’avons pas choisi cette organisation pour faire des économies 😉

14/- Avez-vous une vision de l’entreprise du futur proche (en 2060 ?) à nous partager ? Un souhait particulier ? Un rêve ?

Un rêve oui 🙂 Continuer à agrandir la famille Boond tout en conservant le même esprit fun, proche, ludique qui nous rend heureux et fiers. Et que de nombreux Boonders continuent de s’épanouir dans cette envie de “travailler autrement”. Rendez-vous donc en 2059 pour fêter les 50 ans de BoondManager ….. Wouahhhhh 😉

James Boond : la mascotte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *