Note de lecture : SUPER COLLECTIF, La nouvelle puissance de nos intelligences

Facebook
Twitter
LinkedIn

Dans cet essai de 200 pages monsieur Servan Schreiber œuvre à démontrer en utilisant de nombreux exemples la puissance du collectif et même sa capacité à prévoir l’issue de certains évènements tels que des élections démocratiques par l’intermédiaire des marchés prédictifs.

Auteur : Emile Servan Schreiber
Aux éditions fayard

Emile Servan Schreiber, docteur en psychologie cognitive a également exercé les métiers de journaliste et d’ingénieur en intelligence artificielle. Il a également fondé Lumenogic, une société qui accompagne les entreprises pour qu’elles exploitent au mieux leur intelligence collective et Hypermind, un marché prédictif (cf plus bas). Il partage son temps entre la recherche sur l’intelligence collective et ses applications pratiques au service d’entreprises et de gouvernements.

Dans les premiers chapitres, il nous apporte beaucoup d’éléments tangibles, soutenus par des schémas et citations d’études scientifiques pour nous expliquer sa vision de l’intelligence collective. Il nous livre les conditions à respecter pour qu’un groupe produise de l’intelligence. Le respect, l’écoute, la sensibilité sociale, l’égalité du temps de parole, l’empathie

Quelques citations efficaces de ce début de livre :

Chapitre « le QI du groupe » : « Une réponse que n’aurait pas reniée Jean Piaget, le pionnier de l’étude du développement mental des enfants pour qui l’intelligence, « ce n’est pas ce que l’on sait, c’est ce que l’on fait quand on ne sait pas ».

Même chapitre : « les chercheurs firent une découverte inattendue : les groupes majoritairement féminins étaient visiblement plus intelligents que les autres ! »

Celle-là je l’aime bien et elle nous vient du Général Patton : « Si tout le monde pense la même chose c’est que quelqu’un ne pense pas » qui débute le chapitre sur la puissance de l’intelligence des foules.

Du coup l’auteur arrive là où il veut en venir : la puissance de l’intelligence des foules ! Son grand principe est qu’en prenant un très grand nombre de personnes (plusieurs centaines) on peut obtenir des résultats très justes et il l’illustre d’une belle histoire du début du 20eme siècle : lors d’une foire, un concours est organisé et l’on demande aux spectateurs le poids exact d’un animal afin de pouvoir le gagner. Galton (1822-1911 anthropologue, explorateur, géographe, inventeur, météorologue, écrivain, proto-généticien, psychométricien et statisticien britannique) conserva les tickets-réponse afin d’étudier les résultats. Sa découverte est géniale : en calculant la médiane de toutes les réponses il obtient quasiment le poids exact de l’animal ! Il en conclue : « le résultat donne à mon avis plus de crédibilité à la fiabilité d’un jugement démocratique que l’on aurait pu l’imaginer… »

A partir du cinquième chapitre, il ne s’agit pratiquement plus que d’exemples illustrant la fiabilité et l’efficacité des marchés prédictifs et particulièrement de l’ Hypermind, marché prédictif fondé par l’auteur en 2014, utilisé pour prédire l’issue de certains évènements par un système astucieux de paris sur la bonne réponse entre les participants.

Je vous laisse lire le livre pour bien comprendre le fonctionnement de ces marchés !

Bonne lecture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *